Dans le monde

Un secteur en forte croissance :

Portées par des programmes nationaux de soutien dans un contexte de lutte contre le changement climatique, favorisées par l’essor d’industries de plus en plus structurées et de technologies qui arrivent à maturité, les énergies renouvelables ne cessent de se développer dans le monde.

En 2015, les énergies renouvelables ont atteint un record de croissance de 153 Gigawatt (GW), soit plus de la moitié des nouvelles capacités d’énergie installées dans le monde.

Pour la première fois, la capacité installée cumulée de l’ensemble des énergies renouvelables dans le monde a dépassé celle du charbon.

L’éolien (+ 66 GW en 2015) et le solaire photovoltaïque (+ 49 GW en 2015) ont largement contribué à cette croissance record.

Perspectives : la capacité mondiale d’électricité d’origine renouvelable devrait augmenter de 42% (ou 825 GW) d’ici 2021 en partie grâce à l’amélioration des politiques en leur faveur.
La part des renouvelables dans la production mondiale d’électricité devrait passer de 23% en 2015 à près de 28% en 2021.

(source : International Energy Agency).

FOCUS ÉOLIEN
  • En 2015 le taux de croissance de l’éolien (17,2%) a dépassé celui de 2014 (16,4%).
  • Production d’électricité d’origine éolienne en 2015 : 950 TWh, soit près de 4% de la production d’électricité de toutes origines.
  • Record mondial : En 2015, le Danemark a produit 42% de son électricité à partir d’éoliennes.
  • Total des investissements dans le secteur éolien mondial en 2015 : 109 milliards de dollars.
  • Eolien en mer : Puissance installée dans le monde fin 2015 : 12 107 MW (2 739 turbines réparties entre 73 parcs éoliens en mer dans 15 pays).
  • Plus de 92% (10 936 MW) de l’ensemble des installations éoliennes en mer sont situées dans les eaux européennes.

(Source : World Energy Council)

En France

Chiffres clés :

Production d’électricité en France métropolitaine : 546 TWh en 2015 (soit 1,1% de plus qu’en 2014).
Au total la production renouvelable française s’élève à 88,4 TWh, soit 16,2% de la production totale d’électricité en 2015.

 

Objectifs : 

La « Loi de la transition énergétique pour la croissance verte » promulguée le 18 août 2015, prévoit de porter la part des énergies renouvelables à 23 % de la consommation finale brute d’énergie en 2020 et à 32 % en 2030, et de réduire la part du nucléaire dans la production d’électricité à 50 % à l’horizon 2025. Elle prévoit également de porter à 40% la part des énergies renouvelables dans le mix électrique, à horizon 2030.

FOCUS ÉOLIEN
  • Depuis le démarrage de l’éolien en France à la fin des années 1990, la production d’électricité d’origine éolienne augmente chaque année. En 2015, elle progresse de 23,3% par rapport à 2014. (source RTE)
  • Puissance installée : 12 065,3 MW au 31 décembre 2016 (source FEE)
    La France est en 4ème position européenne en termes de capacités installées.
    Production électrique en 2015 : 21,1 TWh soit 3,9% de la production électrique française.
  • Emplois directs dans la filière fin 2015 : 14 480 (Équipements 11770 ; Exploitation & maintenance 2710)
  • Chiffre d’affaires de la filière en 2015 : 2 905 millions d’euros (source Observ-ER)
  • Objectifs 2020 :
    Eolien terrestre : La France s’est fixé l’objectif d’atteindre 19 000 MW éoliens installés à terre à l’horizon 2020.
    Eolien offshore : La programmation pluriannuelle des investissements fixe à la filière éolienne un objectif de 6 000 MW en mer en 2020.

En Occitanie

L’Occitanie arrive en seconde position des régions pour la production électrique renouvelable en GWh, avec 15 229 GWh produits en 2015 (toutes sources d’énergies renouvelables). En tête on trouve la région Auvergne Rhône-Alpes qui a produit 28 791 GWh en 2015.

Les filières renouvelables représentent la moitié de la consommation électrique totale de l’Occitanie (44% en 2013 et 51% en 2014).

FOCUS ÉOLIEN
  • A fin septembre 2016, la puissance éolienne totale raccordée en Occitanie est de 1133 MW, avec 95 MW raccordés depuis le début de l’année 2016. L’Occitanie arrive en 3e position après Grand Est (2672 MW raccordés au 30/09/2016) et Hauts-de-France (2575 MW).
  • L’éolien représente 1 310 emplois directs en Occitanie.
    (Source FEE – BearingPoint 2016)
  • Estimation du gisement éolien 2050 en Occitanie : 17 500 MW

L’éolien en mer posé

Dans le monde

L’éolien en mer représente environ 3% des capacités éoliennes installées dans le monde, avec 12 107 MW fin 2015. Cependant sa croissance est exponentielle. Sur la seule année 2015, 3 398 MW supplémentaires ont été installés en mer.

Plus de 91% de l’éolien en mer (11 028 MW) est actuellement installé au large des côtes d’Europe du Nord. Mais d’autres pays hors d’Europe ont lancé des objectifs ambitieux pour l’éolien offshore, comme la Chine, le Japon, la Corée du Sud, Taïwan et les Etats-Unis.

L’éolien en mer présente de nombreux avantages. La ressource en vent est généralement plus importante, ce qui permet de produire plus d’énergie avec moins de turbines. Une partie des plus grandes villes du monde sont situées près d’une côte. L’éolien en mer est adapté à un développement à large échelle près des principaux centres de demande, là où la population est dense et l’implantation de parcs éoliens terrestres plus difficile.

En Europe

Au 30 juin 2016, il y avait 3344 turbines offshore connectées au réseau dans les eaux européennes, totalisant 11 538 MW répartis sur 82 parcs à travers onze pays, incluant les sites de démonstration.

(source Wind Europe)

En France

Avec 3 500 km de côtes, la France métropolitaine bénéficie de conditions géographiques très favorables au développement de l’éolien en mer. C’est le 2ème gisement éolien d’Europe, après la Grande-Bretagne et devant l’Allemagne.
Le potentiel technique théorique estimé pour l’éolien en mer flottant en France est de 140 GW répartis sur une superficie de 25 000 km2. A la différence de l’éolien posé, l’éolien flottant est moins dépendant de la bathymétrie, de la distance à la côte ou des usages (source FEE).

A ce jour, la France ne compte encore aucun parc éolien offshore. En revanche, plusieurs sont en projet. Le gouvernement a déjà lancé trois appels d’offres pour développer la filière de l’éolien en mer posé et un quatrième est en attente. Le premier a attribué en 2012 quatre parcs de 450 à 500 MW chacun au large de Courseulles-sur-mer (Calvados), Fécamp (Saine-Maritime), Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) et Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor). Le second en 2014 porte sur la construction de deux parcs de 500 MW chacun, l’un au large du Tréport (Seine-Maritime), l’autre au large des îles d’Yeu et de Noirmoutier (Vendée). Le troisième a été lancé en avril 2016 au large de Dunkerque. Un quatrième est attendu au large de l’île d’Oléron en Charente-Maritime. La concertation est en cours pour en définir la zone.

L’éolien flottant

L’éolien sur fondations flottantes est une technologie récente, qui comme toute innovation, ne peut se développer sans une phase de test et d’accompagnement. A la différence de l’éolien en mer posé, l’éolien flottant dispose pour l’instant de quelques démonstrateurs au niveau mondial. En France, le prototype Floatgen sur fondation flottante en béton, conçu par Ideol, sera installé au large du Croisic courant 2017.

Le potentiel technique théorique estimé pour l’éolien en mer flottant en France est de 140 GW répartis sur une superficie de 25 000 km2. A la différence de l’éolien posé, l’éolien flottant est moins dépendant de la bathymétrie, de la distance à la côte ou des usages.
(source FEE)

Dans l’arrêté du 24 avril 2016 relatif au développement des énergies renouvelables, le Ministère de l’environnement, de l’énergie et de la mer a fixé comme objectif pour les énergies marines renouvelables (hydrolien, éolien flottant): 100 MW en service à fin 2023 et entre 200 et 2 000 MW de projets supplémentaires attribués, en fonction du retour d’expérience des fermes pilotes et sous condition de prix.

Exprimez-vous

Posez une question, donnez votre avis sur le projet EolMed

Cliquez ici pour changer le texte.

Tapez votre recherche et validez avec la touche entrée